THEMES

Bibliographie Films Jornal COMBATE João BERNARDO Carlos Da Fonseca Charles Reeve PDF Journal Combate Luttes de classe au Portugal Autogestion Commissions de tra­vailleurs Portugal Radio Vosstanie déserteurs réforme agraire 1975 DVD Documentaire Edgar Rodrigues Jorge Valadas LA REFORME AGRAIRE AU PORTUGAL La lanterne noire Moradores Rui Simões Videos Vidéo désertion 1969 25 abril 25 avril 1974 Alberto Seixas Santos Autonomie Brésil CCI Cadernos dre Circunstância Carlos Cavalheiro Chanson Chronologie Combate Courant Communiste International Dans le monde une classe en Lutte Danúbia Mendes Abadia Edições Afrontamento GLAT Grupo Zero Histoire de l'anarchisme au Portugal Histoire du mouvement ouvrier Imprensa Operária Isabel do Carmo JOSÉ MARIO BRANCO Joao BERNARDO José Afonso José Hipólito dos Santos José Vieira LUAR Letra Livre Libertários Lisnave Luttes des classes Movimento Operario Patricia McGowan Pinheiro Peter Fryer Phil Mailer Photographies Raquel Varela Revue Spartacus SPARTACUS Socialisme et liberté Spartacus Socialisme et liberté N°64 Torre Bela autogestão cinéma militant classe operária colonialisme comissao de moradores commissions de Moradores conseils ouvriers contrôle ouvrier exilés politiques portugais insoumis lutas sociais trotskisme universitaire 18 de janeiro de 1934 1963 1972 1973 1976 1977 1° international 25 NOVEMBRE 1975 25 avril 25 de Abril 29/01/1976 29/04/1974 4 DE JULHO DE 1937 A EVOLUÇÃO ANARQUISTA EM PORTUGAL A Formação da Classe Operária Portuguesa A Fábrica de Nada A Greve Geral de Novembro de 1918 A HISTÓRIA DO ATENTADO A Lei da Terra A boca do lobo A revolta do 18 de janeiro de 1934 A.I.T ARQUIVO AFRONTAMENTO ATENTADO A SALAZAR Academia Afonso Cautela Afrontamento Alain GUILLERM Alentejo Alex Macleod Alliance de classes Amis de Louis Lecoin Anarquismo Angola Angola 1961 Angola colonial Anselme Jappe Anti-militarisme Antígona Antónia Celeste de Jesus Vieira Appel à contributions Aquilino Ribeiro As Operações SAAL As armas e o Povo Association des Groupes Autonomes Anarchistes Associação Memoriando Através Editora Autogestion et Socialisme 33-34 Autoridade Avril 1976 B. Lory BR Baixa de Cassange Balada Basil Davidson Biblioteca Vermelha e preta N°1 Bom Povo Português Brigadas Revolucionárias Brochure Bulledor C. Ferreira C. Orsoni CADERNOS DE DIVULGAÇÃO CEDETIM COMMISSION DE TRAVAILLEURS Cabo Verde Cadernos Necessários Cadernos de Circunstância n°1 Mars 1969 Camarades N°3 Camp de Tarrafal Capitalisme d'Etat Carlos Antunes Centre d'Etudes anti-impérailistes Chanson militante Charles Fourier Charles Reeve. Christine Messiant Chroniques Portugaises Class Struggle in Portugal Classes et Conflits dans la Société Colonialismo Comissoes de moradores Comissão de Redenção Comité Portugal Comité de Soldats Comité national de soutien de la lutte de libération nationale dans les colonies Portugaises Como nos marxistas-leninistas temos sabotado o movimento revolucionário Conclusion Contra a Corrente Contre-chronologie Coup pour Coup n°3 Couto Misto Critique du Léninisme Cronologia Cronologia da Revolução do 25 de Abril César de Oliveira DRIL Daniele Kergoat Deus Diana Andringa Dicionário de História de Portugal - O 25 de Abril Directoire révolutionnaire ibérique de libération Directório Revolucionário Ibérico de Libertação Du fado de Coimbra Ecologia Ecologia e luta de classes Ecologie et lutte de classes au Portugal Economia dos conflitos sociais Editions Spartacus Editora Sementeira Ediçoes SPARTACUS Edições Base Edições Espaço Eduardo Cintra Torres Eduardo de Sousa Ferreira Emission du 31 Mai 2014 Emission la lutte des classes au Portugal Emídio Santana Escorpião Espagne Esquerda radical Estado colonial português Expropriations F. Avila FOR OURSELVES FP-25 FSMR Fernando Pereira Fernando Pereira Marques Front des Soldats et Marins Révolutionnaires du Portugal Fátima Patriarca GRANDOLA VILA MORENA Galiza Galvão Gauche radicale Gestos e Fragmentos Ginette Lavigne Greve Geral Greve Geral de 1903 no Porto Grèves Guerre Guiné-Bissau Gulbenkian Guy Le Querrec Histoire populaire de la révolution portugaise História da LUAR Imprensa Indústria J.M.Gonçalves Viana James Guillaume Jean-Paul Miroglio Jean-Pierre Faye Joana Dias Pereira Joana Gorjão Henriques José Filipe Costa José Francisco José Hipolito Santos José Hipólito Santos José Pacheco PEREIRA José Pires José Tavares Journal Libération Journal a Republica Journal portugais Combate N° 34 (29/01/1976 João Dias João Freire Julio Henriques L'Autre Combat L'expérience Portugaise LE MANIFESTE ANT-COLONIAL LE PRINTEMPS DE L'EXIL LINHA VERMELHA La Lanterne Noire n°4 décembre 1975 La documentation française. N° 234 La démocratie de la gauche et des patrons La lutte des classes au Portugal Labirintos do Fascism Labyrinthes du Fascisme Lauro Escorel Le Mouvement social Le Portugal entre deux chaises Le pain que le diable a pétri Le réfractaire Le réfractaire N° 12 septembre 1975 Les Grandes Ondes (à l'ouest) Les Oeillets Sont Coupés Liberdade Económica Libertaire Libération le 27 avril 1977 Littérature Livraria Figueirinhas Livros Proibidos Loren Goldner Luta de classes em Portugal Lutas de Libertação Lutte armée au Portugal Lutte de classe pour le pouvoir des travailleurs Luís Bigotte Chorão MANIFESTO DO COMBATE MFA Manifeste de l’armée Maria Alexandre Lousada Maria Isabel Barreno Maria Teresa Horta Maria Velho Costa Marxisme des relations sociales de production Maurice Brinton Mensuel n° 98- octobre 1978 R 11 Miguel Cardina Militant anarchiste Mouvements urbains Moçambique e São Tomé e Príncipe Mulheres em Luta Nadejda Tilhou Nouvelles lettres portugaises N° 50 de Front Libertaire Avril 1976 N°10 - 15 octobre 1975 N°34 O 25 de Novembro O Primeiro de Maio em Portugal O Pulsar da Revolução O futuro era agora O futuro é para sempre O povo em acção O.C.I ORA Occupations de Terres Operação Dulcineia Opération Dulcinée Organisation Revolutionnaire Anarchiste Organisation Révolutionnaire Anarchiste Os Vampiros Os proletários não têm pátria Otelo de Carvalho Otto Ruhle Ouvriers agricoles PCF PCI PIDE PREC PRP Partido Revolucionário do Proletariado Parution Paul M.Sweezy Paula Godinho Paulo Eduardo Guimarães Pedro Pinho Pierre Besnard Porto Portugal Libertario Portugal Libertario N°3 Portugal Libertario N°4 Janeiro 1974 Prolétariat universel Pátria Péninsule ibérique RACISMO RED LINE Reflexão sobre a estratégia da luta das classes em Portugal Reforma Agrária Repressão do Anarquismo República Rás-Te-Parta Resistência Armada em Portugal Revue Internationale Revue Internationale no 4 - 1e trimestre 1976 Revue Internationale no 7 - 4e trimestre 1976 Revue Internationale no 8 - 1e trimestre 1977 Revue Internationale no 9 - 2e trimestre 1977 Revue Marge - n°2 Juillet-Août 1974 Revue Migrance n°43 Ronald H. Chilcote Rosa Luxemburgo Rouge et noir 7 Ruedo Iberico Ruedo Ibérico Révolution des Œillets Santa Maria Sindicalismo Revolucionário Sindicato do Serviço Doméstico Sines na Revolução dos Cravos Sogantal Solidarity Solidarity for workers' power Solveig Nordlund Spartacus N° B 86 Nov-Déc. 1977 Spartacus N°B66R2 / Mars - Avril 1976 Stefanie Zoche Sétubal Ville Rouge TAP Tarrafal Texto subterraneos Thomas Harlan Tract Transição para a Democracia Union Ouvrière Utopie Utopie et socialisme au Portugal au XIXe siècle Vasco de Castro Verim Vidéos Vosstanie Wilhelm Reich Workers' councils Zeugma anarchisme antifascisme antifascisme à affrontement de classes antologia da impressa archives archives audio arnaque portugaise associacionismo auto-organização autocritique autogesion autonomia operária. autonomie ouvrière canto canto de intervenção colloque combattant de la liberté commissions de quartier conflito conseillisme critique de l'idéologie critique de la valeur document audio démocratie ouvrière empregadas domésticas falsification féminisme gestion directe greves guerra colonial historiographie ouvrière idéologie du Contrôle Ouvrier immigration informations ouvrières l'usine de rien libertários em Portugal livres interdits livres interdits pendant le régime fasciste lutas sociais autonomistas lutas urbanas em Setubal manifestations marxistas-leninistas meio rural mineiros alentejanos movimento popular n° 123 (avril-juin 1983) o communista occupations ouvrierisme proletariado proletário publication clandestine publicação clandestina racisme revoltas revolução burguesa revolução proletária réfractaires réseau d'information révolution trahie ? sidonismo situationnisme situationniste au Portugal socialisme sociologie historique du colonialisme spectacle de la conscience textes Économie des conflits sociaux Éditions Agone

quinta-feira, 27 de setembro de 2018

L'idéologie du Contrôle Ouvrier : Une lecture d’un document d’époque d’une grande actualité.

L'idéologie du Contrôle Ouvrier
Une lecture d’un document d’époque d’une grande actualité.

https://www.mediafire.com/download/hlubmu3wn6rh3gz

Ce texte a essentiellement pour but de compléter le propos que nous développons dans le texte De la Falsification ou du Trotskisme Universitaire. Il tente de répondre à deux assertions que l’on considère pour notre part comme fausses et manipulatrices et proposées par Raquel Varela, ses groupies et relais d’idiots institutionnels  et qui soutiennent que “Dans les années 1970, le contrôle ouvrier constituait une revendication commune aux jeunes libertaires, aux sociaux-démocrates et aux syndicalistes réformistes » et que les  « désaccords » terminologique sur la notion de contrôle ouvrier se fondait sur le faite qu’il n’aurait jamais été convenablement défini.”
Mais l’arnaque néo-léniniste plus précisément des enfants du prophète consiste aussi à défendre  sous nos latitudes que le contrôle ouvrier et l’autogestion furent ou sont synonymes.
Comme nous le rappelions soutenir ce propos n’est pas qu’un mensonge car au delà des divergences fondamentales c’est d’une lutte plus vaste entre  les moyens et les fins dont il est question c’est à dire de philosophies politiques et dont le questionnement remonte déjà à la Ière  internationale. [1]
D’un côté nous avons donc une option stratégique idéologisée (ou l’inverse) prise par le marxisme orthodoxe et de l’autre un moyen qui s’est transformé en une fin et qui se révèle hélas tout aussi idéologique.
Pour illustrer notre propos nous avons exhumé une de ces archives du fameux spectacle du Pouvoir [2] qui n’en finissait plus de vouloir être populaire (Poder Popular) dans une période particulière d'effervescence à savoir celle du 25 avril 1974 au Portugal.
Elle nous permettra de dégager à minima ce qu’entendait par contrôle ouvrier une organisation quasi typique de cette époque et de conjecturer sur les lignes de forces de ce projet “politique” dans l’acception la plus rédhibitoire du mot.
Rien de meilleur pour cela que ce premier cahier de seize pages et de seconde main, au titre cristallin, explicite et prometteur - CONTROLO OPERARIO - PODER POPULAR (Contrôle Ouvrier - Pouvoir Populaire).
Il fut imprimé en janvier 1976 par une organisation qui avait pour nom MES - Movimento de Esquerda Socialista (Mouvement de la Gauche Socialiste) qui fut comme beaucoup d’organisations d'extrême gauche composée de syndicalistes, de militants issus du milieu associatifs  ou en provenance du catholicisme progressiste, de divers  et vagues intellectuels  dont l’influence fut importante au sein des structures militaires (La gauche dite militaire) et dont l’évolution fut clairement marquée à partir de son second congrès par des options léninistes.
Il est possible que certains trotskistes orthodoxes nous rétorquent que le MES ne fut pas spécifiquement trotskiste. Cela importe peu car il nous faut rappeler ici lapidairement que le trotskisme fut quasi inexistant au portugal. En revanche la problématique du contrôle ouvrier fut soulevée par une flopée de groupuscules tous aussi léninistes les uns que les autres et après tout, le trotskisme, les trotskimes ne sont-ils pas un léninisme ?
Le MES annonce clairement la couleur dès le premier paragraphe, elle sera rouge. Rouge au point qu’il définit l’actualité du Contrôle Ouvrier comme étant de l’ordre de la nécessité de subordonner la lutte économique aux objectifs politiques c'est à dire le socialisme.
C’est même sa tâche fondamentale, que doit assumer la “classe ouvrière” et le reste des travailleurs.
Cette lutte “politique” est censée garantir la création des conditions chaque fois plus favorables pour la lutte vers  le socialisme.
Quelle est cette vérité du contrôle ouvrier propre au MES ?
Elle se dégage de deux  options que critique le MES  et qu’il qualifie de pernicieuses, c’est-à-dire celle des réformistes mais surtout celle des esquerdistas (les gauchistes) qui d‘après lui n’ont rien vu changer dans le pays et considèrent que les nationalisations servent fondamentalement la bourgeoisie.
Le MES nous martèle donc que la tâche la plus importante est celle du contrôle ouvrier sur la production posée par les travailleurs dans les assemblées et dans les commissions et que ces tâches essentielles sont d’assurer le contrôle politique et économique de la classe ouvrière et du prolétariat rural sur les nationalisations.
Le MES définit également ce qu’est le Pouvoir Populaire (Poder Popular). Pour lui il s’agit du pouvoir organisé des masses populaires, de la classe ouvrière et de ses alliés. Bien sur le MES indique qu’il s'agit de la seule voie possible pour le socialisme.
La lutte économique doit donc pour le MES s'articuler obligatoirement à la création du pouvoir populaire pour ne pas sombrer dans l'économisme le plus plat comme le font d’après lui les gauchistes.
Posé ainsi on avouera ne pas avoir avancé d’un pas particulier si ce n’est remarqué un certain goût pour les nationalisations économiques qui semblent baliser le chemin vers le socialisme. (Nous en discuterons plus loin)
Le document livre ici sans ambages son vieux jus léniniste, point de vue qui aura lumineusement échappée à Raquela Varela et ses aficionados qui tortillent du clavier et esquissent des circonvolutions d’un léninisme honteux ou qui ne veut plus s’afficher comme tel.
Ainsi le MES déclarait clairement :
Sans une avant-garde politique de classe qui dirige ses luttes, la classe ouvrière ne pourra vaincre le capitalisme et la bourgeoisie et mener la Révolution Socialiste jusqu'à ses ultimes conséquences. Ainsi toutes les expériences de pouvoir  des travailleurs et d’une manière générale, la construction du pouvoir populaire doit  avoir comme objectif l’unification de l’avant garde politique de classe du prolétariat portugais qui ne pourra se réaliser seulement dans les organes de lutte des exploités et des opprimés…[...]”
Cette déclaration programmatique interpelle pourtant car à la lecture de cette brochure on constate qu’à aucun moment cette organisation ne fait mention du fait d’être un Parti mais apparaît sous l’étiquette de mouvement comme son nom l’indique.
On le soulignait déjà dans notre texte précédent mais rappelons ici que la méfiance vis à vis des partis était très grande (apartidarisme). Même si le MES est bel et bien un parti au sens traditionnel on peut facilement avancer au-delà de notre problématique que l’avant-gardisme n’est en rien l’apanage des partis. Il est également présent d’une certaine manière et sous d’autres formes, dans le mouvement anarchiste ou dit non-autoritaire. Il s’y manifeste par exemple sous des comportements de types  élitistes et moralistes et dans ce que l’on peut désigner par un  “exemplarisme”.
Ainsi le Pouvoir Populaire c’est l’avant-garde politique qui dirige la lutte de la classe ouvrière du moins est-ce ainsi qu’il faut l’entendre. Mais qu’en est il du Contrôle ouvrier ?
Si l’on sait que le Contrôle Ouvrier se fait sur l’économie on sait également comme le précise le MES qu’il prend forme et s'intègre à l'intérieur des taches du Pouvoir Ouvrier. Autrement dit c’est à l’avant-garde qu'incombe le contrôle mais aussi la gestion de l'économie que le prolétariat s’occupera de faire bifurquer vers le chemin du socialisme par le “contrôle de la production”.
En effet seul le contrôle ouvrier annonce le MES peut-permettre de remettre en cause les critères de gestion capitaliste et dont il se désole du règne dans les entreprises nationalisées. On en saura pas plus sur le secteur “privé” dans toute la brochure.
Ce contrôle est le seul qui puisse réorienter l’économie vers l'intérêt des travailleurs.
L’inflation du mot pouvoir (poder) est au coeur de la brochure. Il est clairement performatif mais il est là pour mieux dissimuler qu’il s’agit d’une stratégie d’une avant garde organisée.
Le MES déclare bel et bien que son but, les ambitions, ses ambitions ne sont rien de moins que la prise et “l'exercice du pouvoir” et le développe sous la bannière du Populaire.
Si le coeur du contrôle dit ouvrier pour le MES ce sont les nationalisations (étatisation) c’est qu’elles sont pour lui un puissant moyen d’attaque contre le capitalisme. Ainsi jamais le MES n’analyse la nature de classe de l’Etat ou ne pointe la perspective de sa destruction sans même parler dans la langue léniniste et stratégique de “dépérissement”.
C’est pourquoi le moyen du contrôle ouvrier c’est le véto à l'intérieur de l’Etat sur les décisions qui vont à l’encontre des intérêts des travailleurs.
L'État, les nationalisations, la gestion est au coeur du projet du contrôle ouvrier.
Pour le MES il s’agit de surveiller et de contester la gestion capitaliste du pouvoir patronal.
Pour cela il décrète que les commissions de travailleurs sont les organes de base du contrôle ouvrier et qu’ils doivent être majoritairement composés d'éléments ayant “une conscience de ses intérêts de classe”.
On ne sait ici si le MES fournissait des brevets de d’évaluation de cette conscience, mais elle devait être garantie simultanément par une majorité ouvrière et tous les secteurs du monde du travail.
Le MES acte donc en creux la spontanéité de la naissance des commissions de travailleurs et intègre parfaitement et stratégiquement qu’elles sont au coeur de sa proposition de contrôle ouvrier. Sa méfiance vis à vis des syndicats qu’il intègre également dans sa perspective, s’exprime également au sujet de  l’autogestion déconnectée” d’une vision politique globale et qui fait  retomber les pratiques dans un pur économisme. D’une certaine manière le MES pouvait ne pas avoir tort si cette autogestion avait été “idéologique” mais cela fut très rarement le cas. Elle touchait des secteurs bien particuliers ainsi que des entreprises privées.
Le MES lui ne s’occupe dans son livret que de promouvoir le contrôle de la production des entreprises nationalisées, ceci grâce à l’hégémonie de la classe ouvrière sur le reste des couches de travailleurs. Il s’agit pour le MES de contribuer à ramener du côté de classe ouvrière le reste des travailleurs exploités et opprimés qu’il dispute à la bourgeoisie. On laissera à chacun le soin d'interpréter ici le sens du mot hégémonie et de disserter du sort des possibles égarés.
Pour étendre ce contrôle ouvrier,  “l'hégémonie” ne doit pas se retrouver qu’au niveau des organes de bases, le MES propose également de créer des instances de commissions régionales et sectorielles, nationales et d’y associer en les minorant les syndicats (réformistes) et les  commissions de travailleurs composées rappelons le, des  éléments ayant “une conscience de ses intérêts de classe”.
Transformer l’économie le MES le fera avec des “alliés” dont on saura rien au final.
On y retrouve d’ailleurs tout une rhétorique archétypale d’un courant qui n’a pratiquement rien reformulé depuis l'époque, mis à par le travestissement ou la falsification. Ainsi il s’agira par exemple d’acter la transformation économique en cours  en obligeant le capital à payer sa propre crise” toujours en impulsant la prise de pouvoir par les travailleurs c'est à dire son avant-garde ne le perdons pas de vue.
Pour le “contrôle” à proprement parler il est question pour les travailleurs “d’inspecter et surveiller pas seulement la gestion des entreprises nationalisés” mais aussi de lancer de nouvelle relation de travail et de production. Cette transformation de l’appareil productif comme forme de combat sera “anti-impérialiste et pour l’indépendance nationale”. C’est à dire le vieux schéma tiers-mondiste du socialisme dans un seul pays.
Pour avancer encore plus dans son projet de “contrôle” pour le contrôle ouvrier, le MES pointe alors du doigt les limites des commissions de travailleurs qu’il trouve fermées sur elles-mêmes - et trop conciliantes ou en collaboration trop étroite avec le patronat.
Ainsi les limites du contrôle ouvrier seraient pour le MES dues au projet politique qui défend l’exclusivité du mouvement syndical et la critique faite de la dépendance des organes du  “contrôle ouvrier”  vis à vis de l’État.
C’est ici que le MES opère à notre avis une sorte de raccourcis dont on peut interroger la finalité. Il parle des “organes” du “contrôle ouvrier” pour ne pas dire les “commissions de travailleurs” car il n’y a pas de réalité du contrôle ouvrier au sens idéologique du MES. Mais une véritable activité des commissions de travailleurs. Pour nous il s’agit d’une manipulation qui veut faire acter que les commissions de travailleurs sont les organes du Contrôle Ouvrier pénétrée par son entreprise idéologique.
Certaines commissions de travailleurs sont elles bien en opposition et en rupture face à l’Etat. Même si plus tard certaines commissions furent contraintes de rechercher un financement étatique pour éviter la disparition de certaines entreprises.
C’est ici que le projet du contrôle ouvrier s’affirme un peu plus puisque le MES demande la reconnaissance par l'Etat, c’est-à-dire l’organe privilégié du pouvoir bourgeois des commissions de travailleurs !  Qui doivent être dépendantes non de l’Etat mais des assemblées de Travailleurs c’est à dire du Pouvoir ouvrier c’est à dire de son avant-garde.
À quelle fin ? Pour contrôler les nationalisations.
Pour consolider son idéologie du contrôle. Le MES compte donc critiquer les limites de la lutte revendicative et refuser que le contrôle de la production se fasse par la voie syndicale même s’il compte donner son poids et sa part du gâteaux aux syndicats en les y intégrants comme on le soulignait déjà plus haut. On le comprendra d’autant mieux quand on sait quel poids avait le PCP [3] dans les syndicats.
Pour cela il compte donc baser les choses par le biais de commissions de travailleurs et la présence de ses militants à l'intérieur des structures.
Pour le MES contrôler la production c’est la production de “richesses” contre la salariat et la lutte économique doit s’articuler à la lutte politique. Le contrôle ouvrier étant vu comme politique.
Pris dans le bouillonnement de son temps et dans le vieux marxisme des forces productives [4] hérité de la IIe internationale, le MES reste encore au niveau du pathétique débat sur l’anti-monopolisme qu’il considère pour autant comme insuffisant (comme une autre concession au PCP certainement) et affirme que le contrôle ouvrier passe par les nationalisations.
Il s’en suit d’autres préconisations tout aussi typiques que cette équation Socialisme = Étatisation.
Ainsi le socialisme du MES est-il productiviste il s’agira “d’initier la bataille de la production” et d'augmenter la production, de “limiter le profit” et de “contrôler les prix”, d’abolir le secret techniques financier et commercial. Pour attaquer la reproduction de valeur on repassera.
D’ailleurs le MES n'entrevoit la remise en question des critères capitalistes de gestion que dans le secteurs  des entreprises nationalisées.
À toutes ces couches de nationalisations et de contrôles divers, laquées de pouvoir le MES ne propose que de rajouter d’autres couches mais de bureaucratie. Comme par exemple des “conseils” du contrôle ouvrier ! (sic) qui doivent contrôler les structures de restructurations créés au niveau de l’appareil d’Etat dans le secteur nationalisé.
On apprécie ici le programme bureautique léniniste du MES avec quelques décennies de distance. Il est une synthèse boiteuse et faussement franche prise dans une conjoncture bouillonnante faite de contradictions et de stratégie politique.
Mais la critique que nous en faisons pouvait être faite et fut faite en son temps par certains courants minoritaires de l’autonomie ouvrière, du mouvement libertaire ou de la gauche communiste.
Son socialisme de caserne dans un seul pays, son étatisme, son avant-gardisme, suffisaient amplement à le discréditer aux yeux du courant anti-autoritaire.
On peut à ce sujet citer par exemple un bureaucrate de l’organisation anarcho-syndicaliste qu'était Pierre Besnard qui signalait déjà en son temps à propos du contrôle ouvrier en Russie, que les Conseils d’ouvriers “jouèrent un rôle de premier plan. Ils furent l’âme de la révolution de novembre 1917. Malheureusement, dans ce pays où le syndicalisme n’existait pas, pour ainsi dire ; ils furent, de même que les syndicats, constitués par le gouvernement, bientôt asservis par ce dernier.[5]
De rajouter plus loin quele gouvernement n’acceptait les résultats de ces élections qu’autant que ses candidats étaient éluset de conclure enfin que déjà à l'époque “Aujourd’hui, en Russie, les Comités ouvriers, les Conseils d’usines sont devenus, comme les syndicats, des organes du Pouvoir nouveau.”
Donc le point de rupture évident avec le courant libertaire au sens large était déjà historiquement daté et consommé du point de vue politique. Il ne venait pas tant du fond que de la forme et des moyens. En revanche il existe un point de frottement évident qui se trouve à la croisée de la conception du “contrôle ouvrier” quelques fussent les courants, il touche à la notion de “gestion”.
Tous à quelques exceptions près se retrouvaient sur la question de ce qu’il y a à “gérer” et quoi et  même que produire dans une économie de crise et à la situation politique explosive.
La problématique du passage au communisme joue ici à plein sur cette question - contrôle Étatique et économie de transition contre autogestion et destruction de l’État.
Pour autant Pierre Besnard concluait son article sur le contrôle ouvrier par “C’est de l’expérience cumulatrice que surgira la meilleure forme du Contrôle de la production, l’organisation la plus efficace du travail.
Ce point de vue anarcho-syndicaliste daté mais pas forcement pour tous (il est hélas encore à la mode) ne fait que rejoindre ici le marxisme des forces productives. Il élude également toute critique du point de vue de la critique de la loi de valeur et de sa pérennité sous des critères de la meilleure forme du contrôle. Le “plus efficace” ici sera la perspective de l'émancipation d’un travail qui n’est pas aboli mais simplement organisé plus rationnellement.
Gérer, “faire tourner”, mais quoi et pour quoi faire au juste ? Contrôler la gestion de la saloperie marchande équitablement redistribuée ? Grâce à l’État ou le  grand syndicat anarchiste ?
Il reste à explorer comment ne pas retomber dans l’agitation et la praxis gestionniste, autogestionniste et localiste et ou de l'escroquerie du “contrôle” étatico-politicien et de toutes les idéologies de substitution.  
Surtout quand la mode est à la dissolution mystique des “catégories” du capitalisme sous l'opération de sa seule critique catastrophiste et érudite. De manière trop récurrente et dans une persistance à interroger, elle se débarrasse actuellement de tout sujet historique, plus précisément de celui qui puise dans une perspective universelle auto-émancipatrice la source de sa conscience de classe révolutionnaire.


VOSSTANIE
 Version du 28/09/2018

NOTES

[1] On ne peut s'empêcher de détourner le propos de Trotski tiré de Leur morale et la nôtre (1938) - Nous savons très bien que certains “souhaitent par-dessus tout que l'histoire les laisse en paix avec leurs bouquins, leurs petites revues, leurs abonnés, leur bon sens et leurs règles  mais nous ne les laisserons pas tranquilles dans leur situation de rente symbolique ou sonnante et trébuchante.
[2] Merci à João Bernardo qui nous signale et confirme les prétentions spectaculaires du MES par cette anecdote que l’on trouvera dans ce travail de thèse  Livros que tomam partido: a edição política em Portugal, 1968-80  de  Flamarion Maués Pelúcio Silva. Note 10 en page 208 :  “Quando o Sartre e a Simone de Beauvoir estiveram em Portugal, durante o processo revolucionário,  foram ao Porto e quiseram visitar fábricas ocupadas. O MES de quem eles eram próximos e que os guiava no terreno, não tinha contactos nenhuns nesse meio e foi a livraria Contra a Corrente do Porto para pedir contactos. Foi o José Elisio quem lhos deu. E assim o Sartre e a Simone de Beauvoir foram visitar as fábricas ocupadas, levados pelo MES, mas graças ao Combate"
[3]  Partie Communiste Portugais.
[4] Voir à ce sujet notre émission du 25 avril 2018 : 3 Entretiens avec João Bernardo autour de son livre Économie des conflits sociaux  (Economia dos conflitos sociais). 

[5]  Voir : Encyclopédie Anarchiste - quatre volumes édités entre 1925 et 1934. Article sur le Contrôle ouvrier.

TELECHARGER LE TEXTE

version du 28/09/2018

Sem comentários:

Enviar um comentário