THEMES

Bibliographie Films Jornal COMBATE Charles Reeve João BERNARDO Luttes de classe au Portugal Commissions de tra­vailleurs Journal Combate PDF Radio Vosstanie déserteurs réforme agraire 1975 Carlos Da Fonseca DVD Documentaire Edgar Rodrigues Jorge Valadas LA REFORME AGRAIRE AU PORTUGAL La lanterne noire Moradores Rui Simões Videos Vidéo désertion 1969 Alberto Seixas Santos Autogestion Autonomie Brésil CCI Cadernos dre Circunstância Carlos Cavalheiro Chanson Chronologie Combate Courant Communiste International Dans le monde une classe en Lutte Edições Afrontamento GLAT Grupo Zero Histoire du mouvement ouvrier JOSÉ MARIO BRANCO Joao BERNARDO José Afonso José Hipólito dos Santos José Vieira LUAR Movimento Operario Patricia McGowan Pinheiro Peter Fryer Revue Spartacus SPARTACUS Socialisme et liberté Spartacus Socialisme et liberté N°64 Torre Bela cinéma militant colonialisme comissao de moradores commissions de Moradores conseils ouvriers exilés politiques portugais insoumis 18 de janeiro de 1934 1963 1972 1976 1977 1° international 25 NOVEMBRE 1975 25 avril 25 avril 1974 29/01/1976 29/04/1974 4 DE JULHO DE 1937 A Greve Geral de Novembro de 1918 A HISTÓRIA DO ATENTADO A Lei da Terra A boca do lobo A revolta do 18 de janeiro de 1934 A.I.T ATENTADO A SALAZAR Academia Afonso Cautela Alain GUILLERM Alentejo Alex Macleod Alliance de classes Amis de Louis Lecoin Anarquismo Angola Angola 1961 Angola colonial Anti-militarisme Appel à contributions Aquilino Ribeiro As Operações SAAL As armas e o Povo Association des Groupes Autonomes Anarchistes Associação Memoriando Autogestion et Socialisme 33-34 Autoridade Avril 1976 B. Lory BR Baixa de Cassange Balada Basil Davidson Bom Povo Português Brigadas Revolucionárias Bulledor C. Ferreira C. Orsoni CADERNOS DE DIVULGAÇÃO CEDETIM COMMISSION DE TRAVAILLEURS Cabo Verde Cadernos de Circunstância n°1 Mars 1969 Camarades N°3 Camp de Tarrafal Capitalisme d'Etat Carlos Antunes Centre d'Etudes anti-impérailistes Chanson militante Charles Reeve. Christine Messiant Chroniques Portugaises Class Struggle in Portugal Classes et Conflits dans la Société Comissoes de moradores Comissão de Redenção Comité Portugal Comité de Soldats Comité national de soutien de la lutte de libération nationale dans les colonies Portugaises Conclusion Contre-chronologie Coup pour Coup n°3 Critique du Léninisme Cronologia Cronologia da Revolução do 25 de Abril DRIL Daniele Kergoat Deus Diana Andringa Directoire révolutionnaire ibérique de libération Directório Revolucionário Ibérico de Libertação Du fado de Coimbra Ecologia Ecologia e luta de classes Ecologie et lutte de classes au Portugal Editions Spartacus Ediçoes SPARTACUS Edições Espaço Eduardo de Sousa Ferreira Emission du 31 Mai 2014 Emission la lutte des classes au Portugal Emídio Santana Esquerda radical Estado colonial português Expropriations F. Avila FOR OURSELVES FP-25 FSMR Fascismes Fascismo Fernando Pereira Fernando Pereira Marques Front des Soldats et Marins Révolutionnaires du Portugal Fátima Patriarca GRANDOLA VILA MORENA Galvão Gauche radicale Gestos e Fragmentos Ginette Lavigne Grèves Guerre Guiné-Bissau Histoire de l'anarchisme au Portugal História da LUAR Isabel do Carmo Joana Dias Pereira Joana Gorjão Henriques José Filipe Costa José Hipólito Santos José Pacheco PEREIRA José Tavares Journal Libération Journal a Republica Journal portugais Combate N° 34 (29/01/1976 João Dias Julio Henriques L'Autre Combat L'expérience Portugaise LE MANIFESTE ANT-COLONIAL LE PRINTEMPS DE L'EXIL LINHA VERMELHA La Lanterne Noire n°4 décembre 1975 La documentation française. N° 234 La démocratie de la gauche et des patrons Lauro Escorel Le Mouvement social Le Portugal entre deux chaises Le pain que le diable a pétri Le réfractaire Le réfractaire N° 12 septembre 1975 Les Grandes Ondes (à l'ouest) Les Oeillets Sont Coupés Letra Livre Liberdade Económica Libertários Libération le 27 avril 1977 Lisnave Littérature Livros Proibidos Loren Goldner Luta de classes em Portugal Lutte armée au Portugal Lutte de classe pour le pouvoir des travailleurs Luttes des classes Luís Bigotte Chorão MANIFESTO DO COMBATE MFA Manifeste de l’armée Maria Isabel Barreno Maria Teresa Horta Maria Velho Costa Maurice Brinton Mensuel n° 98- octobre 1978 R 11 Miguel Cardina Militant anarchiste Mouvements urbains Moçambique e São Tomé e Príncipe Nadejda Tilhou Nouvelles lettres portugaises N° 50 de Front Libertaire Avril 1976 N°10 - 15 octobre 1975 N°34 O Pulsar da Revolução ORA Occupations de Terres Operação Dulcineia Opération Dulcinée Organisation Révolutionnaire Anarchiste Os Vampiros Os proletários não têm pátria Otelo de Carvalho Ouvriers agricoles PCF PCI PIDE PREC PRP Partido Revolucionário do Proletariado Phil Mailer Photographies Portugal Libertario N°4 Janeiro 1974 Prolétariat universel Pátria RACISMO RED LINE Reflexão sobre a estratégia da luta das classes em Portugal Repressão do Anarquismo Reprint República Rás-Te-Parta Resistência Armada em Portugal Revue Internationale Revue Internationale no 4 - 1e trimestre 1976 Revue Internationale no 7 - 4e trimestre 1976 Revue Internationale no 8 - 1e trimestre 1977 Revue Internationale no 9 - 2e trimestre 1977 Revue Marge - n°2 Juillet-Août 1974 Revue Migrance n°43 Ronald H. Chilcote Rosa Luxemburgo Rouge et noir 7 Ruedo Iberico Ruedo Ibérico Révolution des Œillets Santa Maria Sindicalismo Revolucionário Sines na Revolução dos Cravos Sogantal Solidarity Solidarity for workers' power Solveig Nordlund Spartacus N° B 86 Nov-Déc. 1977 Spartacus N°B66R2 / Mars - Avril 1976 Stefanie Zoche Sétubal Ville Rouge TAP Tarrafal Texto subterraneos Thomas Harlan Tract Transição para a Democracia Union Ouvrière Vasco de Castro Vidéos Vosstanie Wilhelm Reich Workers' councils Zeugma antifascisme à affrontement de classes archives archives audio arnaque portugaise associacionismo autonomie ouvrière canto canto de intervenção classe operária commissions de quartier conseillisme document audio démocratie ouvrière féminisme gestion directe historiographie ouvrière immigration informations ouvrières livres interdits livres interdits pendant le régime fasciste lutas sociais lutas urbanas em Setubal manifestations n° 123 (avril-juin 1983) o communista occupations ouvrierisme proletariado racisme revoltas réfractaires réseau d'information révolution trahie ? sidonismo situationnisme situationniste au Portugal sociologie historique du colonialisme textes

quarta-feira, 30 de abril de 2014

Ainsi bout le chaudron de sorcière de l'Histoire

Ainsi bout le chaudron de sorcière de l'Histoire

Union Ouvrière - Mensuel N°10 - 15 octobre 1975


Ainsi vont les luttes de classes, qu'elles ne s'embarrassent guère des prophéties, des déclarations d'intention, des discours gouvernementaux, des étiquettes. C'est le malheur des idéologues. Mais c'est à l'école des faits que s'instruisent les révolutionnaires, et, dans ce qu'elles ont de contradictoire et d'imprévisible y compris, les convulsions sociales qui secouent aujourd'hui le Portugal tout entier leur sont une meilleure école théorique et pratique que toutes les récitations sectaires d' « extrémistes » de la gueule et d'immobiles partisans du mouvement 

Les « difficultés » que rencontre le sixième gouvernement provisoire dans son entreprise de « rétablissement de l'ordre » s'enracinent dans un approfondissement des contradictions de classes — qui n'est lui-même que le produit dialectique de tous les échecs et de toutes les déceptions essuyées depuis dix-huit mois par les prolétaires. Depuis à peine plus d'une année et demie, cinq gouvernements ont été usés, et le sixième a rencontré, dès avant même qu'il se mette en place, plus d'opposition que tous les précédents réunis. De Spinola à Carvalho, en passant par Cunhal et Soarès, il ne demeure aucun des « grands hommes » du 25 avril 1974 qui, après avoir été quelque temps acclamé par les prolétaires, n'en ait bientôt été méprisé. 

Maintenant que les Atlantistes ont repris du poil de la bête, le principal obstacle qu'ils rencontreront sur la voie de leur « rétablissement de l'ordre », ce ne seront plus les forces moscoutaires (trop conscientes de leur faiblesse, et qui mènent aujourd'hui une prudente politique défensive afin de « sauver ce qui peut être sauvé »); CE SERONT LES TRAVAILLEURS ET LES SOLDATS DU RANG — ces soldats dont il semble qu'une certaine fraction ait du mal à se résigner à voir le beau rêve de la « révolution » s'évanouir écrivions-nous le 10 septembre. Et effectivement, si le P.C.P., égal à lui-même, cautionne le gouvernement Noske-Scheidemann en y participant, dans le temps même ou il lente de s'appuyer sur les mouvements de la rue pour réassurer SES positions et ramener Gonçalves — ce sont les soldats mutinés qui ont pris l'initiative, et c'est autour d'eux que se rassemble l'aile marchante du prolétariat. 

Bien loin que les staliniens contrôlent ce mouvement, ils se voient plutôt contraints de le tolérer — et s'ils tentent de l'utiliser c'est sans aucune garantie quant à leurs possibilités de se l'annexer. On fait trop de références, dans ce mouvement, à la nécessaire lutte contre toute solution « CAPITALISTE D'ETAT » pour que Cunhal ne sache pas a quoi s'en tenir sur sa nature, et pour que le mouvement ne sache pas à quoi s'en tenir sur Cunhal. 

Les mouvements de SOLDAT DU RANG, qui occupent aujourd'hui le devant d'une scène hier encore encombrée de « discussions » entre OFFICIERS, posent la question vitale de toute révolution : la désagrégation des forces de répressions de la vielle société et la constitution du mouvement de la révolution comme puissance militaire. 

L'issue de la la CRISE sociale profonde ouverte par les mutineries n'est pas encore décelable à moins qu'on ne soit que trop fondé à craindre l'écrasement – mais, s'il est vrai que les rapports qui existent entre les hommes dans l'armée sont une image fidèle de ceux qui existent entre les hommes dans la société, alors la guerre sociale rampante, larvée d'aujourd'hui laissera bientôt la place à la guerre sociale ouverte. 

Ce qui avait donné de la vigueur et de la puissance au mouvement des curés, des sociaux-démocrates, des petits-bourgeois occidentalistes, et aux débris du salazarisme pendant la longue crise de l'été, ce fut l'impuissance des gouvernements Gonçalvès à remet­tre la rue au pas, et le pays au travail. Rien ne dit que la même impuissance, mais cette fois devenue le fait d'un gouvernement Azevedo - Soares, ne contribuera pas à accentuer dans le prolétariat et les couches pauvres de la population le sentiment qu'il n'y a d'autre alternative que la liquidation de l'ancien ordre en son entier, ou un terrible retour au point de départ, par Pinochet ou Scheidemann interpose — et que cette expérience de la NULLITE de toutes les institutions « démocratiques » du capital ne poussera pas des hommes qui n'ont plus rien à perdre que leurs chaînes et quelques illusions, à de vigoureuses avancées révolutionnaires. 

Une chose est sûre : venant après les refus massifs des soldats de la Police militaire d'embarquer pour l'Angola, les vols d'armes dans les casernes, les innombrables cas de fraternisation (dont le dernier fut celui des hommes envoyés à Radio - Clube, et qui firent cause commune avec les .. incitateurs à l'émeute qu'ils devaient réprimer), les manifestations de soldats du rang et de révolutionnaires mêlés, tant à Porto le 10 septembre qu'à Lisbonne le 25, les manifestations autour du RALIS et l'expression résolue de la volonté des hommes du régiment de ne pas reculer, la mutinerie du C.I.C.A. de Porto, le d r a p e a u rouge flotte depuis huit jours sur la caserne occupée, demeure bien comme l'un des plus hauts points atteints jusqu'ici en Europe par le mouvement de la révolution communiste, depuis bientôt quarante ans. 

Sans doute l'insubordination ouverte des hommes du C.I.C.A.P. n'est-elle encore qu'un mouvement limité, mais le seul fait qu'une hiérarchie militaire et des autorités gouvernementales qui ne cherchent qu'à donner des preuves de leur « fermeté » n'aient pas osé se résoudre à l'écraser encore par la force, suffit à prouver qu'elles ne sont nullement assurées des rapports de force réels , et à tout le moins, qu'elles craignent qu'à semer le vent de répression armée, elles ne récoltent la tempête de mouvements insurrectionnels dont elles ne sont pas sûres de venir aisément à bout. Les Versaillais de Lisbonne et du commandement militaire du Nord, savent que c'est d'avoir voulu désarmer Paris que leurs ancêtres de 1871 durent le 18 mars, et les canons de Montmartre dirigés contre eux. A bien des égards, y a aujourd'hui au Portugal plus de possibilités d'un mouvement d'insubordination généralisé des soldats qu'il n'en existait à la veille de la Commune. Nul doute que les Scheidemann - Soares et les Pinochet - Veloso n'y aient bien réfléchi, avant d'enflammer la poudrière de Porto, dont ils ne savent désormais plus si bien si elle est le centre de la contre-révolution, ou celui de la contre contre-révolution. 

A l'heure actuelle, l'équipe Azevedo - Soarès mise sur le pourrissement d'un mou­vement de subversion dont, par-delà les idéologies, ils perçoivent de manière aiguë le caractère radical. « IL FAUT QUE NOUS PARVENIONS A TENIR ENCORE UN MOIS » déclarait Azevedo à « Times » , à la veille de son allocution du 13 octobre. Mais rien ne dit qu'un mois de plus d'incertitude ne sera pas un mois de plus pour la maturation d'événe­ments révolutionnaires de portée universelle. Un mois de plus, c'est le délai que Azevedo - Soarès s'accordent pour reconstruire des forces de répression sûres et se donner les moyens de passer à l'offensive. Mais ce mois peut également être un délai suffisant pour que le mouvement de mutinerie des soldats fasse tâche d'huile, s'unifie, et pour que des couches plus larges du prolétariat passent au mouvement. Personne n'a jamais su à l'avance ce qui bouillait dans « le chaudron de sorcière de l'histoire »-. 

L'heure n'est évidemment en rien à l'exaltation imbécile. Loin de nous la naïveté de la « lutte finale » Mais le mouvement social n'en sort pas moins à Lisbonne de la nuit des idéologues, où tous les chats sont gris. Les balbutiements de la reprise communiste à l'échelle sociale y sont décelables. Et quelle que soit l'issue des prochaines con­frontations, le prolétariat réapparaît déjà de manière crédible comme le sujet de l'histoire moderne. Après mai 68 et Gdansk 70, le Portugal de 75 demeurera comme l'un des jalons de sa reconquête de l'initiative révolutionnaire.

Sem comentários:

Enviar um comentário